Interview de Valérie Mairesse lors du FIFPL 2015

Image de prévisualisation YouTube

Bien que née en France, Valérie Mairesse passe le plus clair de son enfance dans le ciné-club de son père à Casablanca. A son retour en France, elle sait déjà qu’elle veut être comédienne quand elle aura passé son bac. Elle commence par travailler à la régie pour la troupe du Splendid, grâce à laquelle elle aura ensuite son premier rôle sur les planches. Elle se voit offrir des petits rôles dans plusieurs productions françaises telles que « L’Agression » (1975) de Gérard Pirès, « Adieu poulet » (1975) de Pierre Granier-Deferre, ou encore « Calmos » de Bertrand Blier (1976).

C’est en 1977 que le cinéma lui offre son premier grand rôle dans « L’Une chante, l’autre pas » d’Agnès Varda. Les tournages s’enchaînent pour elle, on la voit la même année dans le rôle féminin principal du téléfilm « Emmenez-moi au Ritz » (TV) et au cinéma dans « Repérages ». En 1980, elle apparaît successivement dans deux comédies aux côtés de Pierre Richard, tout d’abord « C’est pas moi, c’est lui »où elle joue Valérie, l’amante d’Aldo Maccione, puis « Le Coup du parapluie » sous la direction de Gérard Oury. Entre 1980 et 1981, elle s’essaie à la musique et sort trois disques.

Mais la renommée populaire arrive réellement en 1983 avec son rôle d’Isabelle Morizet dans « Banzaï » de Claude Zidi, où elle tient le haut de l’affiche aux côtés de Coluche. Le film connaît un immense succès en salle. On la voit ensuite dans la comédie « Les Frères Pétard » (1986) et dans « Funny boy » (1987).
Entre 1990 et 2002, Valérie Mairesse conjugue projets cinématographiques et télévisuels. Côté télévision, elle prête sa voix au téléfilm « L’Ex-femme de ma vie » (TV) (1990), tourne « La Dame aux camélias » (TV) (1998) de Jean-Claude Brialy, joue une mère de jeune toxicomane dans « Mère de toxico » (TV) (2000) et tient un rôle secondaire dans « Froid comme l’été » (TV) (2002).

Parallèlement, la comédienne continue à se représenter dans de nombreuses pièces de théâtre. Côté cinéma, elle retrouve la troupe du Splendid pour la comédie déjantée « Les Secrets professionnels » du Dr Apfelglück (1991), tourne sous la direction de Jean-Pierre Mocky dans « Ville à vendre » (1991). Elle intègre le casting prestigieux d’ »Un Crime au paradis » (2000), campe un petit rôle dans « Après la vie » (2001) et dans « Un couple épatant » (2001).
On la retrouve plus récemment dans « Tu seras mon fils » de Gilles Legrand (2011), « Par amour » de Laurent Firode et « Brèves de Comptoir » de Jean-Michel Ribes (2014).

Share Button

sur misterdan

misterdan