LA MALTRAITANCE D’enfant
comprend toute situation où l’enfant est  victime d’actes menaçants ou violents d’ordre physique, psychique, ou sexuel. Il existe différents types de maltraitance.
Les maltraitances physiques consistent à provoquer des blessures visibles ou  invisibles, comme des ecchymoses, brûlures, fractures, blessures à la tête.

La maltraitance émotionnelle qui consiste à tourmenter l’enfant le menacer, le reléguer au second plan, l’isoler, l’attirer et le repousser, l’humilier, ne pas lui donner suffisamment d’amour, d’affection de confiance, de chaleur….

Les négligences physiques consistent à ne pas suffisamment pourvoir aux besoins élémentaires de l’enfant comme l’habillement, l’alimentation, l’hygiène, les soins médicaux, le sommeil.

La négligence émotionnelle consiste à ne pas donner suffisamment d’attention, d’amour, de confiance, de chaleur, à l’enfant.

Les abus sexuels consistent à faire pression sur l’enfant pour le contraindre à effectuer ou à subir des actes sexuels.

L’inceste est une forme spécifique d’abus sexuel. Il s’agit d’actes sexuels avec les beaux parents ou demi-frère ou soeurs sont considérés comme des actes incestueux.

Il est obligatoire d’aider un mineur qui court un grave danger car vous pourriez être accusé de non assistance à personne en danger.
Vous pouvez signaler une maltraitance d’enfants à un médecin généraliste à la police ou parquet

Le magistrat du parquet peut intervenir pour protéger l’enfant et poursuivre le suspect.

La violence familiale se définit par toutes formes de mauvais traitements ou de négligences  infligées à un enfant ou un adulte par un membre de la famille ou un conjoint (conjoint(e), copain(e), compagnon(ne).
Il s’agit d’un abus de pouvoir afin de contrôler ou de blesser quelqu’un qui a confiance en l’agresseur et qui dépend de lui.

La violence peut se traduire au sein de la famille avec n’importe quel membre de la famille, y compris les jeunes enfants, les enfants plus âgés, les parents, les grands-parents, les frères et soeurs, les conjoints et les membres de la famille élargie comme les oncles ou les beaux parents.

La violence peut se produire au sein des couples hétérosexuels ou homosexuels.

Il se peut que vous soyez gênés et honteux de ce qu’ils vous arrivent, mais vous n’en pouvez rien, et n’ayez pas honte de ce qu’il se passe, cela peut arriver à tout le monde et à n’importe qui.

Certains comportements peuvent se manifester au cours du cycle de la violence.
Vous devez être vigilants et attentifs si vous constatez ces comportements violents

-Si on décide pour vous de la manière dont vous devez vous coiffer et ou vous habillez.
– on vous dicte votre conduite ou on vous donne des ordres
– on vous dénigre ou ridiculise devant des gens
– critiquer la manière et faire sentir que la personne est nulle, incapable
– l’ignorer pour la blesser ou l’inquiéter
– hurler sur elle ou la traiter de noms insultants
– contrôler ses dépenses ou l’empêcher de gagner son propre argent
– vouloir contrôler ou elle est et ou surveiller ses appels
– ne pas accepter qu’elle sorte seule ou l’empêcher de voir ses proches
– frapper dans les murs, les portes
– la menacer de lui faire du mal ou de se suicider
– casser des objets dans la maison ou détruire ses affaires
– la pousser ou la bousculer ou la retenir de force
– la gifler ou lui donner des coups
– l’obliger ou la contraindre à avoir des relations sexuelles

 

VOUS AVEZ DES DROITS  : La violence conjugale est un délit puni par la loi. Celle-ci indique que la violence au sein du couple est punissable Article 410 du code pénal même si les partenaires ne sont pas mariés Loi du 27 novembre 1997
Si cela vous arrive déposer plainte à la police.

 

 

Share Button

About Author - VICKY ROUXHET

Pas de commentaire

Sorry comments are closed for this Post.