D’un côté, il y a les “black hats” (chapeaux noirs), les délinquants virtuels mus par l’appât du gain ; de l’autre, les “white hats” (chapeaux blancs) ou pirates bienveillants. Les hackers forment une vaste communauté aux profils diversifiés. Capables de modifier la une d’un journal sur le Net ou de piéger le ministre de l’Intérieur, Read more..