homepage

Blog

  • Présentation du FIFB 2018 du 18 23 novembre au Passage 44 à Bruxelles.

    Présentation du FIFB 2018 du 18 23 novembre au Passage 44 à Bruxelles.
    Le Festival International du Film de Bruxelles, dit le « FIFB », a pour objectif de proposer à un large public, la découverte de nouveaux auteurs, cinéastes, de nouvelles contrées, de nouvelles thématiques issues des quatre coins du monde. Le FIFB propose aussi un cinéma universel, libre de toute thématique, ouvert à tous les genres et résolument international ; tout en laissant une place de choix au cinéma belge, au cinéma d’auteur, au cinéma de genre, aux documentaires ainsi qu’aux créations innovantes et audacieuses. Le FIFB se donne aussi pour vocation de rester à l’affût des nouvelles tendances technologiques et du numérique pour les faire découvrir au public jeune et moins jeune.
    Le Festival sera le théâtre de 2 compétitions : 
    • Une compétition internationale :
      • 6 courts métrages
      • 6 longs métrages
    • Une compétition documentaire
      • 3 documentaires
    Il organisera en parallèle 3 événements inédits :
    • Le Media & Sport Day, une journée consacrée aux femmes dans le monde du cinéma et l’égalité des chances dans les sports à travers le cinéma;
    • Le Jobs Cinéma Day, salon Unique en Europe dédié aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel;
    • Le Kid’s Day, une projection dédiée aux enfants et aux adolescents avec tapis rouge, animations et séance photos.
    ´  Une cérémonie d’ouverture et de clôture encadrées par des activités artistiques ´  Un hommage à une personnalité ayant marqué l’histoire du cinéma ´  Des séances hors compétition
    LE CINEMA, VECTEUR DU VIVRE ENSEMBLE Conscient du brassage culturel qu’offre Bruxelles, fier de faire partie d’une population aussi riche et cosmopolite, le Festival soutient la promotion de la diversité culturelle et du vivre ensemble à travers une sélection de films issus des cinq continents. Le FIFB est convaincu que le cinéma peut être un moyen de découverte de l’autre et ouvre des espaces de dialogue formidables.   LE FESTIVAL QUI A BRUXELLES DANS SON NOM Le FIFB est ancré dans le centre de Bruxelles depuis 2015 : il y a été créé et marque sa ferme volonté de s’y développer davantage. La ville de Bruxelles se veut dynamique, cosmopolite, multiculturelle, conviviale et jeune. De nouveaux espaces piétonniers augmenteront l’attrait des divers lieux culturels qui en seront encore plus conviviaux. C’est pour l’ensemble de ces qualités que le Festival entend bien continuer sa collaboration avec le cœur de la ville et ses grandes entreprises.   EXCLUSIF, GÉNÉRALISTE ET SANS FRONTIÈRES Sans frontières ni barrières, le FIFB propose une programmation très éclectique qui rend le Festival accessible au grand public, aux plus grands professionnels du monde du cinéma et offre la possibilité de promouvoir les jeunes talents. Grandes productions et films à plus petits budgets se partagent l’affiche qui mise sur l’exclusif, les avant-premières mondiales, européennes et belges. La magie du cinéma passe aussi par la rencontre avec des personnalités, des stars qui font le cinéma d’aujourd’hui : acteurs, réalisateurs, producteurs… Le FIFB a déroulé son tapis rouge à des invités de marque, des célébrités ou des personnalités renommées tels que Claude Lelouche, Chris Noth, Eric Serra, Jean Dujardin, Elsa Zilberstein, Stéphanie De Crayencour, Gil Bellows, Douglas Kennedy, Holt Mccallany, Alexandra Lamy,etc.   TREMPLIN POUR LES JEUNES TALENTS Les événements inédits comme le Media & Sport Day et le Jobs Cinema Day, organisés en parallèle des projections, sont tournés vers la jeunesse. Ils visent à faire découvrir les coulisses et les rouages de ce domaine si passionnant mais parfois opaque. Ils se présentent aussi et surtout comme des tremplins pour les jeunesqui souhaitent se lancer dans le 7ème art en leur offrant des opportunités de rencontres exceptionnelles avec la profession. Avec le Kid’s Day,le FIFB s’adresse aux plus jeunes encore et leur donne l’occasion unique de gravir les marches sur un tapis rouge lors d’une projection suivie d’une séance photos et d’animations…   NOTRE PROJET Le Festival International du Film de Bruxelles s’articule autour de plusieurs axes fondamentaux :
    • CINÉMATOGRAPHIQUE
     Tout en préservant l’essentiel de sa ligne éditoriale, la vision du FIFB sera élargie et plus ambitieuse, et la singularité de certains films ou cinéastes y trouvera toujours sa place. Le FIFB insistera sur la promotion des nouvelles technologies, de l’éducation au cinéma, ainsi qu’aux médias pour défendre un cinéma résolument moderne, tourné vers les jeunes générations – cinéastes, étudiants en art et passionnés de l’audiovisuel. Ainsi, seront proposées, en parallèle du programme du Festival, des journées pédagogiques.
    • INTERNATIONAL
    Le FIFB axe sa recherche essentiellement sur des films inédits et percutants. Des films d’auteurs qui présentent une vision du monde, un autre regard et qui amènent le public à une réflexion. Aussi la position internationale du Festival prendra tout son sens par la sélection de films du monde entier. Le FIFB a le privilège de collaborer avec plusieurs correspondants sur les cinq continents du globe. Avantage qui lui permet d’obtenir certains films inédits ou des découvertes inattendues qui ne sont pas distribués dans le réseau classique de l’industrie du cinéma.
    • PROFESSIONNEL
    Le FIFB a pour objectif de mieux faire connaître les différents métiers et de stimuler la création d’emplois dans le secteur de l’audiovisuel. A cet effet, il organise une journée particulière « le Jobs Cinéma Day » destinée à la rencontre entre les professionnels et les jeunes talents du 7ème art. La deuxième édition en 2016 à la Bourse a rencontré un grand succès puisque plus de 600 jeunes ont assisté à cette journée si particulière et ont activement participé aux ateliers qui avaient été organisés. Elle a permis au public de découvrir les coulisses du cinéma et les multiples métiers possibles, des plus classiques aux plus atypiques (chef décorateur, dresseur d’animaux, maquillage FX, voix off, etc.). 
    • DIVERSITÉ/ÉGALITÉ
    Le FIFB accorde une place importante aux thématiques de la diversité dont particulièrement celle de la femme dans le monde, première victime de toutes guerres et tous conflits, mais également première force de réconciliation et de reconstruction de rapports humains d’une société civile. Le FIFB soutient la promotion de la diversité culturelle et du vivre ensemble à travers une sélection de films issus des cinq continents et est convaincu que le cinéma peut être un réel moyen de découverte.
    • INTER/MULTICULTURALITÉ
    Conscient du brassage culturel qu’offre Bruxelles, fier de faire partie d’une population aussi riche et diverse, le FIFB adoptera la même politique que sa ville : promotion de l’interculturalité, de la multiculturalité et du vivre ensemble, ainsi que les choix artistiques et la volonté d’y intégrer des réalisations venues du monde.
    • PARTENARIAT ARTISTIQUE/CULTUREL
    Le FIFB mettra en exergue la dimension artistique par le biais de partenariat qui favorise la fusion entre plusieurs disciplines artistiques en lien avec le cinéma. Le FIFB proposera des partenariats dans le cadre de programmations communes, d’échanges culturels et de créations artistiques pour l’événement.
    • PROMOTIONNEL
    Le Festival mettra un dispositif important en matière de promotion et de diffusion pour s’offrir une visibilité importante. Cet impact rejaillira évidemment sur l’image de Bruxelles comme ville internationale de renom et de tous ses atouts, sa diversité et son dynamisme sans cesse croissant. le site du festival : http://www.fifb.be
  • Aftermovies de la 3 édition du FIFCL 2018 vu par Reporter TV.

    Aftermovies de la 3 édition du FIFCL 2018 vu par Reporter TV.
    Aftermovies de la 3 édition du FIFCL 2018 vu par Reporter TV. Le site du FIFCL : https://www.fifcl.be/
  • Aldo Palucci au FIFCL 2018 interview par Daniel Giusto.

    Aldo Palucci au FIFCL 2018 interview par Daniel Giusto.
    Actor, à AGENCE CITELYA, acteur professionnel, à Starmania et President / producteur / réalisateur, à FILIGRANE PRODUCTION Auparavant : Sounds For All Productions et Kimcasting http://app.thecastingdirector.eu/profile/aldopalucci http://www.citelya.com/2AldoPALLUCI.htm
  • Michael Ingrassia au FIFCL 2018 interview Daniel Giusto.

    Michael Ingrassia au FIFCL 2018 interview Daniel Giusto.
    Filigrane Production, réalisation de Fictions, Clips musicaux Filigrane production se lance dans la préparation d’un long métrage, Mortel Héritage. Ce film sera tourner en Belgique, avec la participation de Tano Production, une production basée en Belgique. Le site : http://filigrane-production.lyl.website Page Facebook.
  • DON PASQUALE de GAETANO DONIZETTI

    septebmre 2015
     

    SAISON 2018-19 OPERA

    DON PASQUALE

    GAETANO DONIZETTI Direction musicale ALAIN ALTINOGLU Mise en scène et costumes LAURENT PELLY   Première, 9 décembre 2018 – 15:00 11, 12, 13, 14, 18, 19 & 21 décembre 2018 – 20:00 16 & 23 décembre 2018 – 15:00 20 décembre 2018 – 14:00 (Building bridges) THÉÂTRE ROYAL DE LA MONNAIE
     
     
    “Sono, è vero, stagionato, ma ben molto conservato”– Don Pasquale (Acte I, scène III)  Cela devient une tradition pour notre directeur musical Alain Altinoglu de fêter la fin de l’année à la Monnaie (Cendrillon en 2011, Le Coq d’or en 2016 et Dialogues des Carmélites en 2017). En décembre 2018, il propose cette fois un délicieux et festif épilogue avec la comédie Don Pasquale de Gaetano Donizetti.   Joué pour la première fois en 1843 à Paris – et créé dix ans plus tard à Bruxelles – Don Pasquale connaîtra un succès public considérable jamais démenti. Il y reprend un thème largement exploité au théâtre, notamment dans la commedia dell’arte, les déboires d’un vieux et riche célibataire, en mal de se marier. La musique fuse, riposte, caresse, enjôle, tourbillonne, se teinte de nostalgie parfois, et nous offre l’une des comédies les plus brillantes du compositeur.   Reprenant la production qu’il avait créée à Santa Fé, le metteur en scène français Laurent Pelly nous en proposera une nouvelle adaptation dans un décor de Chantal Thomas qui met en avant le caractère tyrannique et égoïste du « héros ». Les lumières de Duane Schuler viennent apporter leur touche de poésie à ses décors (sur)réalistes.   La double distribution nous proposera de nombreux débuts à la Monnaie. Les Italiens Michele Pertusi (baryton-basse) et Pietro Spagnoli (baryton) interpréteront le malchanceux Don PasqualeMichele Pertusi, dont l’impeccable technique en fait un excellent rossinien et belcantiste, a chanté à plusieurs reprises à la Monnaie, notamment le rôle-titre de Falstaff (Verdi) en 2006 et Sir Giorgio Valton dans I puritani (Bellini) en 2007. À la Monnaie, Pietro Spagnoli a interprété avec brio Rodomonte (Orlando Paladino, Haydn), Bartolo (Il barbiere di Siviglia, Paisiello) et Delirio (L’opera seria, Gassmann).   Le Dottor Malatesta sera incarné par le baryton belge Lionel Lhote et le baryton russe Rodion Pogossov. Parmi la longue liste des rôles que Lionel Lhote a déjà à son actif à la Monnaie, rappelons Sancho de Don Quichotte (Massenet), Dandini dans La Cenerentola (Rossini) et Somarone dans Béatrice et Bénédict (Berlioz). Rodion Pogossov fait ses débuts à la Monnaie avec un rôle qu’il a interprété au Metropolitan Opera où il est régulièrement invité.   Le romantique neveu Ernesto sera joué par les ténors Joel Prieto et Anicio Zorzi Giustiniani qui fait ses débuts dans le rôle. 
Le ténor espagnol Rico Joel Prieto s’est fait remarquer sur de nombreuses scènes telles que, cette dernière saison, le Semperoper de Dresde dans Les Troyens (Berlioz), le Teatro Real de Madrid dans Street Scene (Weill), et le Théâtre Municipal de Santiago du Chili dans Don Giovanni (Mozart). Nous n’avons eu qu’une fois l’occasion d’entendre le ténor italien Anicio Zorzi Giustiniani à la Monnaie : il chantait Telemaco dans Il ritorno d’Ulisse in Patria (Monteverdi) en mars 2017.   Le rôle de Norina sera incarné par les sopranos Danielle De Niese et Anne-Catherine Gillet, toutes deux aussi formidables chanteuses que comédiennes. Australienne de naissance, Danielle De Niese avait conquis le public de la Monnaie dans le rôle de Cleopatra (Giulio Cesare in Egitto, Haendel) en 2008. La belge Anne-Catherine Gillet est une invitée régulière de la Monnaie. Après ses débuts en 2000 (Frasquita dans Carmen de Bizet), elle est revenue à de nombreuses reprises, incarnant récemment encore Adina (L’elisir d’amore, Donizetti), Hero (Béatrice et Bénédict, Berlioz), et Blanche de la Force dans notre production des Dialogues des Carmélites (Poulenc) en décembre 2017.   La jeune basse italienne Alessandro Abis interprétera Un Notaro pour ses débuts à la Monnaie. Habitué des salles italiennes, il se produit dans des rôles de Puccini 
ou de Rossini. En 2017, il était invité à participer au Salzburg Festival Young Singers Project.
     

    DISTRIBUTION

    Direction musicale  Alain Altinoglu Mise en scène et costumes  Laurent Pelly     Décors  Chantal Thomas   Éclairages  Duane Schuler   Chef des chœurs Martino Faggiani     Don Pasquale Michele Pertusi / Pietro Spagnoli* Dottor Malatesta Lionel Lhote / Rodion Pogossov* Errnesto Joel Prieto / Anicio Zorzi Giustiniani* Norina Danielle de Niese / Anne-Catherine Gillet* Un Notaro Alessandro Abis   ORCHESTRE SYMPHONIQUE et CHŒURS DE LA MONNAIE 
     

    INFORMATION GÉNÉRALE

    REPRÉSENTATIONS  Première 9 décembre 2018 – 15:00 11*, 12, 13*, 14, 18*, 19 & 21 décembre 2018 – 20:00 16 & 23* novembre 2018 – 15:00 20* décembre 2018 – 14:00 (Building Bridges)THÉÂTRE ROYAL DE LA MONNAIE   Production SANTA FE OPERA (2014), GRAN TEATRO DEL LICEU (BARCELONA, 2015) Présentation DE MUNT / LA MONNAIE   Cette production a été réalisée avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, en collaboration avec Prospero MM Productions SA etTaxshelter.be, powered by ING.   AROUND THE STAGE INTRODUCTION  Une demi-heure avant la représentation.   SUPER SATURDAY Le samedi 1er décembre, la Monnaie propose un après-midi découverte alliant musique et ateliers ludiques, pour familles avec enfants à partir de 8 ans.MASTERCLASS DANIELLE DE NIESE Le samedi 1er décembre 2018 à la Salle Fiocco, les membres du public disposant d’un ticket pour une représentation de Don Pasquale sont invités à assister à une Masterclass destinée aux élèves de la MM Academy et dispensée par la soprano Danielle de Niese. PRIX gratuit pour les détenteurs d’un ticket pour une représentation de Don Pasquale / 5 € MM Friends / 8 € tarif normal
    INFO & BILLETS  + 32 2 229 12 11 MM Tickets, Hall d’entrée du Théâtre, entrée par la rue des Princes, 1000 Bruxelles www.lamonnaie.be – tickets@lamonnaie.be    PRIX De 10 € à 159 € -30 ans : 10 € / 20 € / 50 € -15 ans : 10 € / 25 €STREAMING Don Pasquale sera accessible intégralement et gratuitement sur le MM Channel du site site web (www.lamonnaie.be) du 10 au 30 janvier 2019. MM Channel, le projet audiovisuel de la Monnaie, est rendu possible grâce au soutien généreux de nos mécènes.   TÉLÉVISION Diffusion live sur Mezzo (21 décembre 2018)   RADIO Klara (9.2.2019) et Musiq3 (2.2.2019)
    LA MONNAIE / DE MUNT 5, Place de la Monnaie – 1000 Bruxelles MM Tickets Hall d’entrée du Théâtre — entrée par la rue des Princes (Ouvert du mardi au vendredi, de 12h à 18h. Les samedis de 11h à 18h. Et à partir d’une heure avant le spectacle dans le hall d’entrée.) T   +32 (0)2 229 12 11 E   tickets@lamonnaie.be   Ateliers de la Monnaie 23, rue Léopold – 1000 Bruxelles
    Accès
    • Transports publics de Bruxelles (www.stib.be) Métro : 1, 5 (arrêt Gare Centrale ou De Brouckère) Tram : 3, 4, 32 (arrêt De Brouckère ou Bourse) Bus : 29, 66, 71 (arrêt Arenberg)  
    • Train (www.belgianrail.be Gare de Bruxelles-Central (5 min à pied)  
    • Vélo Villo (www.villo.be) : Station n°33, Mort Subite (rue Montagne aux Herbes Potagères, 1000 Bruxelles)  
    • Voiture — Parking Écuyer entrée : 11-17, rue de l’Écuyer tarif soirée : 5 € (du lundi au samedi à partir de 16h30 et le dimanche toute la journée / les tickets de parking doivent être validés par le personnel d’accueil dans le hall d’entrée) — Parking Monnaie entrée : place de la Monnaie tarif soirée : 5 € (du lundi au samedi à partir de 16h30 et le dimanche toute la journée / les tickets de parking doivent être validés par le personnel d’accueil dans le hall d’entrée) — Cambio (www.cambio.be) : 28, rue du Fossé aux Loups
     
  • Interview Nicolas Benamou au FIFCL 2018 par Geneviève Schyns.

    Interview Nicolas Benamou au FIFCL 2018 par Geneviève Schyns.
    Nicolas Benamou président du jury court-métrage du FIFCL 2018. Il fait ses débuts en 2000 sur M6 en tant que réalisateur des sketches et happenings de l’émission culte, le Morning Live animée par Michaël Youn sur M6. Il fonde en 2003 la société de production Daktirak (Jacques Chirac en imitant un accent japonais) avec laquelle il réalise de nombreux clips à succès, notamment ceux de Fatal Bazooka, des publicités primées sur toute la planète ainsi que des captations de spectacles de grands humoristes (Florence Foresti, Eddie Izzard, Stéphane Rousseau, Michaël Youn). Il poursuit également sa collaboration avec l’acteur Michaël Youn en réalisant les clips des Bratisla Boys et de Fatal Bazooka. Il obtient le NRJ music award du Clip de l’année pour Parle à ma main, ainsi que des millions de vues sur YouTube. Il fait ses armes au cinéma en tant que réalisateur de la seconde équipe pour Fatal de Michaël Youn. Cette première expérience au cinéma l’amène à son tour à passer derrière la caméra. Il réalise ainsi son premier long-métrage, la comédie De l’huile sur le feu, avec Vincent Lacoste et Alice Belaïdi, sortie en 20111. En parallèle, il supervise d’autres comédies, comme Les Kaïra (2012) et Paris à tout prix (2013). En 2014, il retrouve Philippe Lacheau, coscénariste de la comédie Paris à tout prix de Reem Kherici, et ils signent tous les deux Babysitting, une comédie en partie réalisée en found footage. Une suite sort en 2015 et se déroule cette fois au Brésil. Il réalise ensuite une nouvelle comédie, le road movie À fond avec notamment José Garcia et André Dussollier. 2007 : Parle à ma main (clip) 2011 : De l’huile sur le feu (également scénariste) 2014 : Babysitting (coréalisé avec Philippe Lacheau) 2015 : Babysitting 2 (coréalisé avec Philippe Lacheau – également scénariste) 2016 : À fond (également scénariste)
  • Présentation du court métrage “Le banc” réalisé par Medhi Vandal au FIFCL 2018 par Geneviève Schyns

    Présentation du court métrage “Le banc” réalisé par Medhi Vandal au FIFCL 2018 par Geneviève Schyns
    “LE BANC” DE MEHDI VANDAL ET JEFF TAVER CALBO1.pngJIB CALBO2.pngLE BANC FINAL EXPORT STEREO HQ .00_05_27_06.Image fixe020.pngLE BANC FINAL EXPORT STEREO HQ .00_12_46_23.Image fixe045.png Situé en plein coeur du quartier, ROD et TONTON, sont assis sur LE BANC, comme tous les jours. Tour à tour, passants et voisins se succèdent et livrent un peu d’eux-mêmes… Fiction, 2018, Belgique/France, 15′ Réalisation : Mehdi Vandal et Jeff Taver Scénario : Emilie Delaunay Image : Amida Belgharbi Casting : Calbo, Jib Pocthier Production : Octopods Production & Cheesy cake Production & Action and Fiction
  • Les bénévoles du FIFCL 2018 3 ème édition par Geneviève Schyns.

    Les bénévoles du FIFCL 2018 3 ème édition par Geneviève Schyns.

    Du long, du court… et de la critique !

    La troisième édition du Festival International du Film de Comédie de Liège (FIFCL) se déroulera du 6 au 10 novembre prochains dans divers endroits de la Cité Ardente. Comme chaque année, la compétition cinématographique qui jalonnera les festivités sera arbitrée par différents jurys. Composés de multiples personnalités du Cinéma, ils sont au nombre de deux : Le jury long-métrage et le jury court-métrage. Deux ? Plus maintenant. Depuis cette année, le festival se dote d’un nouveau regard : le Jury de la Critique. Et c’est une femme qui prend les rênes. Il sera présidé par Aurore Engelen, rédactrice en chef pour Cinevox et organisatrice de la cérémonie des Machins (récompense les petits prix du cinéma belge) depuis 2011. A ses côtés, nous retrouverons deux hommes à la présidence. Pour le court, on embarque avec Nicolas Benamou, le réalisateur des deux volets « Babysitting » et de « De l’huile sur le feu ». Il confie : « Quand on m’a proposé de participer au Festival de Comédie de Liège et de présider le Jury court-métrage, j’ai accepté immédiatement, et avec grand plaisir, car c’est l’occasion de vivre un moment de partage, de diversité et de rire autour du cinéma ». « Une volonté de fédérer partagée et mise en avant par l’équipe du FIFCL depuis la première édition ». Ajoute Adrien François, le délégué général du festival. « Ce qui rend l’événement incontournable à mes yeux, c’est l’idée que la comédie reste trop rarement représentée dans les festivals, et qu’après celui de l’Alpe d’Huez, je souhaite soutenir du mieux possible l’édition Belge » explique encore Nicolas Benamou. Pour le jury long-métrage, c’est une proposition surprenante qui s’offre à nous : Stéphane Guillon. Vous le connaissez surement pour ses chroniques acerbes sur France Inter, mais connaissez-vous le comédien ? Actif depuis la fin des année 90, il s’illustre d’abord sur le petit et le grand écran dans divers seconds rôles. L’artiste va ensuite se tourner vers les planches avec plusieurs one-man-shows dont “Liberté (très) surveillée” pour lequel il remporte un Globe de Cristal en 2012. Du côté du cinéma, notons également sa prestation dans le rôle de Paul pour la comédie fantastique de Vincent Lannoo “Les âmes de papier”. Aux côtés de Julie Gayet et Pierre Richard, c’est un Stéphane Guillon tout en sensibilité que l’on découvre. Il ne reste plus qu’à attendre le 6 novembre donc, pour mettre le film en boite ! Lien du site: https://www.fifcl.be
  • SPOT TV FIFCL 2018

    SPOT TV FIFCL 2018

    Du long, du court… et de la critique !

    La troisième édition du Festival International du Film de Comédie de Liège (FIFCL) se déroulera du 6 au 10 novembre prochains dans divers endroits de la Cité Ardente. Comme chaque année, la compétition cinématographique qui jalonnera les festivités sera arbitrée par différents jurys. Composés de multiples personnalités du Cinéma, ils sont au nombre de deux : Le jury long-métrage et le jury court-métrage. Deux ? Plus maintenant. Depuis cette année, le festival se dote d’un nouveau regard : le Jury de la Critique. Et c’est une femme qui prend les rênes. Il sera présidé par Aurore Engelen, rédactrice en chef pour Cinevox et organisatrice de la cérémonie des Machins (récompense les petits prix du cinéma belge) depuis 2011. A ses côtés, nous retrouverons deux hommes à la présidence. Pour le court, on embarque avec Nicolas Benamou, le réalisateur des deux volets « Babysitting » et de « De l’huile sur le feu ». Il confie : « Quand on m’a proposé de participer au Festival de Comédie de Liège et de présider le Jury court-métrage, j’ai accepté immédiatement, et avec grand plaisir, car c’est l’occasion de vivre un moment de partage, de diversité et de rire autour du cinéma ». « Une volonté de fédérer partagée et mise en avant par l’équipe du FIFCL depuis la première édition ». Ajoute Adrien François, le délégué général du festival. « Ce qui rend l’événement incontournable à mes yeux, c’est l’idée que la comédie reste trop rarement représentée dans les festivals, et qu’après celui de l’Alpe d’Huez, je souhaite soutenir du mieux possible l’édition Belge » explique encore Nicolas Benamou. Pour le jury long-métrage, c’est une proposition surprenante qui s’offre à nous : Stéphane Guillon. Vous le connaissez surement pour ses chroniques acerbes sur France Inter, mais connaissez-vous le comédien ? Actif depuis la fin des année 90, il s’illustre d’abord sur le petit et le grand écran dans divers seconds rôles. L’artiste va ensuite se tourner vers les planches avec plusieurs one-man-shows dont “Liberté (très) surveillée” pour lequel il remporte un Globe de Cristal en 2012. Du côté du cinéma, notons également sa prestation dans le rôle de Paul pour la comédie fantastique de Vincent Lannoo “Les âmes de papier”. Aux côtés de Julie Gayet et Pierre Richard, c’est un Stéphane Guillon tout en sensibilité que l’on découvre. Il ne reste plus qu’à attendre le 6 novembre donc, pour mettre le film en boite ! https://www.fifcl.be/  
  • Pour l’amour de l’art : une autre histoire des Pompidou, Plon, 2017.

    'art -C
    Au début des années trente, au Quartier latin, une rencontre inattendue réunit Georges Pompidou et Claude Cahour. Ils se marient quelques années plus tard et forment un couple uni partageant le goût de la littérature, de la musique, du cinéma. Très vite, ils fréquentent les galeries d’art et les artistes contemporains. Dès 1948, les Pompidou – comme on les appelle avec affection – font l’acquisition de leur première toile abstraite signée d’un peintre alors peu connu : Youla Chapoval. Par la suite, au fil des rencontres, leur collection se construit en relation étroite avec les créateurs. En 1958, Claude offre à son mari un Nicolas de Staël. En 1962, l’accrochage d’un Soulages dans le bureau du Premier ministre surprend. Quand, en 1969, à l’Élysée, le Président et son épouse font appel à Pierre Paulin et à Yaacov Agam pour la rénovation et la décoration de leurs appartements privés, force est de constater que l’art représente pour eux une raison de vivre. Que la création du Centre Pompidou viendra couronner. C’est cette fusion artistique, ce sens inné des œuvres capables d’entrer dans l’Histoire, leurs rapports avec les artistes qu’Alain Pompidou et César Armand dévoilent dans cet ouvrage biographique et intime, riche de souvenirs, de témoignages et d’illustrations. À travers le récit de leur fils, les souvenirs de l’épouse de Jean Coural, directeur du Mobilier national, de Maïa Paulin, Pierre Soulages, Jack Lang et bien d’autres, ce livre révèle le parcours initiatique autant qu’affectif d’un couple pas comme les autres, mu par une insatiable curiosité. Alain Pompidou, fils de Claude et Georges Pompidou, passionné et collectionneur d’art, est professeur émérite de biologie médicale – il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père et d’un livre sur sa mère, il consacre son temps aux archives familiales. César Armand est un jeune journaliste économique et politique, également amateur d’art. Préface de Serge Lasvignes, président du Centre Georges-Pompidou.

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \”éditer\” pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

  • Présentation du FIFB 2018 du 18 23 novembre au Passage 44 à Bruxelles.

    Le Festival International du Film de Bruxelles, dit le « FIFB », a pour objectif de proposer à un large public, la découverte de nouveaux auteurs, cinéastes, de nouvelles contrées, de nouvelles thématiques issues des quatre coins du monde. Le FIFB propose aussi un cinéma universel, libre de toute thématique, ouvert à tous les genres et résolument international ; tout en laissant une place de choix au cinéma belge, au cinéma d’auteur, au cinéma de genre, aux documentaires ainsi qu’aux créations innovantes et audacieuses. Le FIFB se donne aussi pour vocation de rester à l’affût des nouvelles tendances technologiques et du numérique pour les faire découvrir au public jeune et moins jeune.
    Le Festival sera le théâtre de 2 compétitions : 
    • Une compétition internationale :
      • 6 courts métrages
      • 6 longs métrages
    • Une compétition documentaire
      • 3 documentaires
    Il organisera en parallèle 3 événements inédits :
    • Le Media & Sport Day, une journée consacrée aux femmes dans le monde du cinéma et l’égalité des chances dans les sports à travers le cinéma;
    • Le Jobs Cinéma Day, salon Unique en Europe dédié aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel;
    • Le Kid’s Day, une projection dédiée aux enfants et aux adolescents avec tapis rouge, animations et séance photos.
    ´  Une cérémonie d’ouverture et de clôture encadrées par des activités artistiques ´  Un hommage à une personnalité ayant marqué l’histoire du cinéma ´  Des séances hors compétition
    LE CINEMA, VECTEUR DU VIVRE ENSEMBLE Conscient du brassage culturel qu’offre Bruxelles, fier de faire partie d’une population aussi riche et cosmopolite, le Festival soutient la promotion de la diversité culturelle et du vivre ensemble à travers une sélection de films issus des cinq continents. Le FIFB est convaincu que le cinéma peut être un moyen de découverte de l’autre et ouvre des espaces de dialogue formidables.   LE FESTIVAL QUI A BRUXELLES DANS SON NOM Le FIFB est ancré dans le centre de Bruxelles depuis 2015 : il y a été créé et marque sa ferme volonté de s’y développer davantage. La ville de Bruxelles se veut dynamique, cosmopolite, multiculturelle, conviviale et jeune. De nouveaux espaces piétonniers augmenteront l’attrait des divers lieux culturels qui en seront encore plus conviviaux. C’est pour l’ensemble de ces qualités que le Festival entend bien continuer sa collaboration avec le cœur de la ville et ses grandes entreprises.   EXCLUSIF, GÉNÉRALISTE ET SANS FRONTIÈRES Sans frontières ni barrières, le FIFB propose une programmation très éclectique qui rend le Festival accessible au grand public, aux plus grands professionnels du monde du cinéma et offre la possibilité de promouvoir les jeunes talents. Grandes productions et films à plus petits budgets se partagent l’affiche qui mise sur l’exclusif, les avant-premières mondiales, européennes et belges. La magie du cinéma passe aussi par la rencontre avec des personnalités, des stars qui font le cinéma d’aujourd’hui : acteurs, réalisateurs, producteurs… Le FIFB a déroulé son tapis rouge à des invités de marque, des célébrités ou des personnalités renommées tels que Claude Lelouche, Chris Noth, Eric Serra, Jean Dujardin, Elsa Zilberstein, Stéphanie De Crayencour, Gil Bellows, Douglas Kennedy, Holt Mccallany, Alexandra Lamy,etc.   TREMPLIN POUR LES JEUNES TALENTS Les événements inédits comme le Media & Sport Day et le Jobs Cinema Day, organisés en parallèle des projections, sont tournés vers la jeunesse. Ils visent à faire découvrir les coulisses et les rouages de ce domaine si passionnant mais parfois opaque. Ils se présentent aussi et surtout comme des tremplins pour les jeunesqui souhaitent se lancer dans le 7ème art en leur offrant des opportunités de rencontres exceptionnelles avec la profession. Avec le Kid’s Day,le FIFB s’adresse aux plus jeunes encore et leur donne l’occasion unique de gravir les marches sur un tapis rouge lors d’une projection suivie d’une séance photos et d’animations…   NOTRE PROJET Le Festival International du Film de Bruxelles s’articule autour de plusieurs axes fondamentaux :
    • CINÉMATOGRAPHIQUE
     Tout en préservant l’essentiel de sa ligne éditoriale, la vision du FIFB sera élargie et plus ambitieuse, et la singularité de certains films ou cinéastes y trouvera toujours sa place. Le FIFB insistera sur la promotion des nouvelles technologies, de l’éducation au cinéma, ainsi qu’aux médias pour défendre un cinéma résolument moderne, tourné vers les jeunes générations – cinéastes, étudiants en art et passionnés de l’audiovisuel. Ainsi, seront proposées, en parallèle du programme du Festival, des journées pédagogiques.
    • INTERNATIONAL
    Le FIFB axe sa recherche essentiellement sur des films inédits et percutants. Des films d’auteurs qui présentent une vision du monde, un autre regard et qui amènent le public à une réflexion. Aussi la position internationale du Festival prendra tout son sens par la sélection de films du monde entier. Le FIFB a le privilège de collaborer avec plusieurs correspondants sur les cinq continents du globe. Avantage qui lui permet d’obtenir certains films inédits ou des découvertes inattendues qui ne sont pas distribués dans le réseau classique de l’industrie du cinéma.
    • PROFESSIONNEL
    Le FIFB a pour objectif de mieux faire connaître les différents métiers et de stimuler la création d’emplois dans le secteur de l’audiovisuel. A cet effet, il organise une journée particulière « le Jobs Cinéma Day » destinée à la rencontre entre les professionnels et les jeunes talents du 7ème art. La deuxième édition en 2016 à la Bourse a rencontré un grand succès puisque plus de 600 jeunes ont assisté à cette journée si particulière et ont activement participé aux ateliers qui avaient été organisés. Elle a permis au public de découvrir les coulisses du cinéma et les multiples métiers possibles, des plus classiques aux plus atypiques (chef décorateur, dresseur d’animaux, maquillage FX, voix off, etc.). 
    • DIVERSITÉ/ÉGALITÉ
    Le FIFB accorde une place importante aux thématiques de la diversité dont particulièrement celle de la femme dans le monde, première victime de toutes guerres et tous conflits, mais également première force de réconciliation et de reconstruction de rapports humains d’une société civile. Le FIFB soutient la promotion de la diversité culturelle et du vivre ensemble à travers une sélection de films issus des cinq continents et est convaincu que le cinéma peut être un réel moyen de découverte.
    • INTER/MULTICULTURALITÉ
    Conscient du brassage culturel qu’offre Bruxelles, fier de faire partie d’une population aussi riche et diverse, le FIFB adoptera la même politique que sa ville : promotion de l’interculturalité, de la multiculturalité et du vivre ensemble, ainsi que les choix artistiques et la volonté d’y intégrer des réalisations venues du monde.
    • PARTENARIAT ARTISTIQUE/CULTUREL
    Le FIFB mettra en exergue la dimension artistique par le biais de partenariat qui favorise la fusion entre plusieurs disciplines artistiques en lien avec le cinéma. Le FIFB proposera des partenariats dans le cadre de programmations communes, d’échanges culturels et de créations artistiques pour l’événement.
    • PROMOTIONNEL
    Le Festival mettra un dispositif important en matière de promotion et de diffusion pour s’offrir une visibilité importante. Cet impact rejaillira évidemment sur l’image de Bruxelles comme ville internationale de renom et de tous ses atouts, sa diversité et son dynamisme sans cesse croissant. le site du festival : http://www.fifb.be
  • Aftermovies de la 3 édition du FIFCL 2018 vu par Reporter TV.

    Aftermovies de la 3 édition du FIFCL 2018 vu par Reporter TV. Le site du FIFCL : https://www.fifcl.be/
  • Aldo Palucci au FIFCL 2018 interview par Daniel Giusto.

    Actor, à AGENCE CITELYA, acteur professionnel, à Starmania et President / producteur / réalisateur, à FILIGRANE PRODUCTION Auparavant : Sounds For All Productions et Kimcasting http://app.thecastingdirector.eu/profile/aldopalucci http://www.citelya.com/2AldoPALLUCI.htm
  • Michael Ingrassia au FIFCL 2018 interview Daniel Giusto.

    Filigrane Production, réalisation de Fictions, Clips musicaux Filigrane production se lance dans la préparation d’un long métrage, Mortel Héritage. Ce film sera tourner en Belgique, avec la participation de Tano Production, une production basée en Belgique. Le site : http://filigrane-production.lyl.website Page Facebook.
  • DON PASQUALE de GAETANO DONIZETTI

     

    SAISON 2018-19 OPERA

    DON PASQUALE

    GAETANO DONIZETTI Direction musicale ALAIN ALTINOGLU Mise en scène et costumes LAURENT PELLY   Première, 9 décembre 2018 – 15:00 11, 12, 13, 14, 18, 19 & 21 décembre 2018 – 20:00 16 & 23 décembre 2018 – 15:00 20 décembre 2018 – 14:00 (Building bridges) THÉÂTRE ROYAL DE LA MONNAIE
     
     
    “Sono, è vero, stagionato, ma ben molto conservato”– Don Pasquale (Acte I, scène III)  Cela devient une tradition pour notre directeur musical Alain Altinoglu de fêter la fin de l’année à la Monnaie (Cendrillon en 2011, Le Coq d’or en 2016 et Dialogues des Carmélites en 2017). En décembre 2018, il propose cette fois un délicieux et festif épilogue avec la comédie Don Pasquale de Gaetano Donizetti.   Joué pour la première fois en 1843 à Paris – et créé dix ans plus tard à Bruxelles – Don Pasquale connaîtra un succès public considérable jamais démenti. Il y reprend un thème largement exploité au théâtre, notamment dans la commedia dell’arte, les déboires d’un vieux et riche célibataire, en mal de se marier. La musique fuse, riposte, caresse, enjôle, tourbillonne, se teinte de nostalgie parfois, et nous offre l’une des comédies les plus brillantes du compositeur.   Reprenant la production qu’il avait créée à Santa Fé, le metteur en scène français Laurent Pelly nous en proposera une nouvelle adaptation dans un décor de Chantal Thomas qui met en avant le caractère tyrannique et égoïste du « héros ». Les lumières de Duane Schuler viennent apporter leur touche de poésie à ses décors (sur)réalistes.   La double distribution nous proposera de nombreux débuts à la Monnaie. Les Italiens Michele Pertusi (baryton-basse) et Pietro Spagnoli (baryton) interpréteront le malchanceux Don PasqualeMichele Pertusi, dont l’impeccable technique en fait un excellent rossinien et belcantiste, a chanté à plusieurs reprises à la Monnaie, notamment le rôle-titre de Falstaff (Verdi) en 2006 et Sir Giorgio Valton dans I puritani (Bellini) en 2007. À la Monnaie, Pietro Spagnoli a interprété avec brio Rodomonte (Orlando Paladino, Haydn), Bartolo (Il barbiere di Siviglia, Paisiello) et Delirio (L’opera seria, Gassmann).   Le Dottor Malatesta sera incarné par le baryton belge Lionel Lhote et le baryton russe Rodion Pogossov. Parmi la longue liste des rôles que Lionel Lhote a déjà à son actif à la Monnaie, rappelons Sancho de Don Quichotte (Massenet), Dandini dans La Cenerentola (Rossini) et Somarone dans Béatrice et Bénédict (Berlioz). Rodion Pogossov fait ses débuts à la Monnaie avec un rôle qu’il a interprété au Metropolitan Opera où il est régulièrement invité.   Le romantique neveu Ernesto sera joué par les ténors Joel Prieto et Anicio Zorzi Giustiniani qui fait ses débuts dans le rôle. 
Le ténor espagnol Rico Joel Prieto s’est fait remarquer sur de nombreuses scènes telles que, cette dernière saison, le Semperoper de Dresde dans Les Troyens (Berlioz), le Teatro Real de Madrid dans Street Scene (Weill), et le Théâtre Municipal de Santiago du Chili dans Don Giovanni (Mozart). Nous n’avons eu qu’une fois l’occasion d’entendre le ténor italien Anicio Zorzi Giustiniani à la Monnaie : il chantait Telemaco dans Il ritorno d’Ulisse in Patria (Monteverdi) en mars 2017.   Le rôle de Norina sera incarné par les sopranos Danielle De Niese et Anne-Catherine Gillet, toutes deux aussi formidables chanteuses que comédiennes. Australienne de naissance, Danielle De Niese avait conquis le public de la Monnaie dans le rôle de Cleopatra (Giulio Cesare in Egitto, Haendel) en 2008. La belge Anne-Catherine Gillet est une invitée régulière de la Monnaie. Après ses débuts en 2000 (Frasquita dans Carmen de Bizet), elle est revenue à de nombreuses reprises, incarnant récemment encore Adina (L’elisir d’amore, Donizetti), Hero (Béatrice et Bénédict, Berlioz), et Blanche de la Force dans notre production des Dialogues des Carmélites (Poulenc) en décembre 2017.   La jeune basse italienne Alessandro Abis interprétera Un Notaro pour ses débuts à la Monnaie. Habitué des salles italiennes, il se produit dans des rôles de Puccini 
ou de Rossini. En 2017, il était invité à participer au Salzburg Festival Young Singers Project.
     

    DISTRIBUTION

    Direction musicale  Alain Altinoglu Mise en scène et costumes  Laurent Pelly     Décors  Chantal Thomas   Éclairages  Duane Schuler   Chef des chœurs Martino Faggiani     Don Pasquale Michele Pertusi / Pietro Spagnoli* Dottor Malatesta Lionel Lhote / Rodion Pogossov* Errnesto Joel Prieto / Anicio Zorzi Giustiniani* Norina Danielle de Niese / Anne-Catherine Gillet* Un Notaro Alessandro Abis   ORCHESTRE SYMPHONIQUE et CHŒURS DE LA MONNAIE 
     

    INFORMATION GÉNÉRALE

    REPRÉSENTATIONS  Première 9 décembre 2018 – 15:00 11*, 12, 13*, 14, 18*, 19 & 21 décembre 2018 – 20:00 16 & 23* novembre 2018 – 15:00 20* décembre 2018 – 14:00 (Building Bridges)THÉÂTRE ROYAL DE LA MONNAIE   Production SANTA FE OPERA (2014), GRAN TEATRO DEL LICEU (BARCELONA, 2015) Présentation DE MUNT / LA MONNAIE   Cette production a été réalisée avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge, en collaboration avec Prospero MM Productions SA etTaxshelter.be, powered by ING.   AROUND THE STAGE INTRODUCTION  Une demi-heure avant la représentation.   SUPER SATURDAY Le samedi 1er décembre, la Monnaie propose un après-midi découverte alliant musique et ateliers ludiques, pour familles avec enfants à partir de 8 ans.MASTERCLASS DANIELLE DE NIESE Le samedi 1er décembre 2018 à la Salle Fiocco, les membres du public disposant d’un ticket pour une représentation de Don Pasquale sont invités à assister à une Masterclass destinée aux élèves de la MM Academy et dispensée par la soprano Danielle de Niese. PRIX gratuit pour les détenteurs d’un ticket pour une représentation de Don Pasquale / 5 € MM Friends / 8 € tarif normal
    INFO & BILLETS  + 32 2 229 12 11 MM Tickets, Hall d’entrée du Théâtre, entrée par la rue des Princes, 1000 Bruxelles www.lamonnaie.be – tickets@lamonnaie.be    PRIX De 10 € à 159 € -30 ans : 10 € / 20 € / 50 € -15 ans : 10 € / 25 €STREAMING Don Pasquale sera accessible intégralement et gratuitement sur le MM Channel du site site web (www.lamonnaie.be) du 10 au 30 janvier 2019. MM Channel, le projet audiovisuel de la Monnaie, est rendu possible grâce au soutien généreux de nos mécènes.   TÉLÉVISION Diffusion live sur Mezzo (21 décembre 2018)   RADIO Klara (9.2.2019) et Musiq3 (2.2.2019)
    LA MONNAIE / DE MUNT 5, Place de la Monnaie – 1000 Bruxelles MM Tickets Hall d’entrée du Théâtre — entrée par la rue des Princes (Ouvert du mardi au vendredi, de 12h à 18h. Les samedis de 11h à 18h. Et à partir d’une heure avant le spectacle dans le hall d’entrée.) T   +32 (0)2 229 12 11 E   tickets@lamonnaie.be   Ateliers de la Monnaie 23, rue Léopold – 1000 Bruxelles
    Accès
    • Transports publics de Bruxelles (www.stib.be) Métro : 1, 5 (arrêt Gare Centrale ou De Brouckère) Tram : 3, 4, 32 (arrêt De Brouckère ou Bourse) Bus : 29, 66, 71 (arrêt Arenberg)  
    • Train (www.belgianrail.be Gare de Bruxelles-Central (5 min à pied)  
    • Vélo Villo (www.villo.be) : Station n°33, Mort Subite (rue Montagne aux Herbes Potagères, 1000 Bruxelles)  
    • Voiture — Parking Écuyer entrée : 11-17, rue de l’Écuyer tarif soirée : 5 € (du lundi au samedi à partir de 16h30 et le dimanche toute la journée / les tickets de parking doivent être validés par le personnel d’accueil dans le hall d’entrée) — Parking Monnaie entrée : place de la Monnaie tarif soirée : 5 € (du lundi au samedi à partir de 16h30 et le dimanche toute la journée / les tickets de parking doivent être validés par le personnel d’accueil dans le hall d’entrée) — Cambio (www.cambio.be) : 28, rue du Fossé aux Loups
     
  • Interview Nicolas Benamou au FIFCL 2018 par Geneviève Schyns.

    Nicolas Benamou président du jury court-métrage du FIFCL 2018. Il fait ses débuts en 2000 sur M6 en tant que réalisateur des sketches et happenings de l’émission culte, le Morning Live animée par Michaël Youn sur M6. Il fonde en 2003 la société de production Daktirak (Jacques Chirac en imitant un accent japonais) avec laquelle il réalise de nombreux clips à succès, notamment ceux de Fatal Bazooka, des publicités primées sur toute la planète ainsi que des captations de spectacles de grands humoristes (Florence Foresti, Eddie Izzard, Stéphane Rousseau, Michaël Youn). Il poursuit également sa collaboration avec l’acteur Michaël Youn en réalisant les clips des Bratisla Boys et de Fatal Bazooka. Il obtient le NRJ music award du Clip de l’année pour Parle à ma main, ainsi que des millions de vues sur YouTube. Il fait ses armes au cinéma en tant que réalisateur de la seconde équipe pour Fatal de Michaël Youn. Cette première expérience au cinéma l’amène à son tour à passer derrière la caméra. Il réalise ainsi son premier long-métrage, la comédie De l’huile sur le feu, avec Vincent Lacoste et Alice Belaïdi, sortie en 20111. En parallèle, il supervise d’autres comédies, comme Les Kaïra (2012) et Paris à tout prix (2013). En 2014, il retrouve Philippe Lacheau, coscénariste de la comédie Paris à tout prix de Reem Kherici, et ils signent tous les deux Babysitting, une comédie en partie réalisée en found footage. Une suite sort en 2015 et se déroule cette fois au Brésil. Il réalise ensuite une nouvelle comédie, le road movie À fond avec notamment José Garcia et André Dussollier. 2007 : Parle à ma main (clip) 2011 : De l’huile sur le feu (également scénariste) 2014 : Babysitting (coréalisé avec Philippe Lacheau) 2015 : Babysitting 2 (coréalisé avec Philippe Lacheau – également scénariste) 2016 : À fond (également scénariste)
  • Présentation du court métrage “Le banc” réalisé par Medhi Vandal au FIFCL 2018 par Geneviève Schyns

    “LE BANC” DE MEHDI VANDAL ET JEFF TAVER CALBO1.pngJIB CALBO2.pngLE BANC FINAL EXPORT STEREO HQ .00_05_27_06.Image fixe020.pngLE BANC FINAL EXPORT STEREO HQ .00_12_46_23.Image fixe045.png Situé en plein coeur du quartier, ROD et TONTON, sont assis sur LE BANC, comme tous les jours. Tour à tour, passants et voisins se succèdent et livrent un peu d’eux-mêmes… Fiction, 2018, Belgique/France, 15′ Réalisation : Mehdi Vandal et Jeff Taver Scénario : Emilie Delaunay Image : Amida Belgharbi Casting : Calbo, Jib Pocthier Production : Octopods Production & Cheesy cake Production & Action and Fiction
  • Les bénévoles du FIFCL 2018 3 ème édition par Geneviève Schyns.

    Du long, du court… et de la critique !

    La troisième édition du Festival International du Film de Comédie de Liège (FIFCL) se déroulera du 6 au 10 novembre prochains dans divers endroits de la Cité Ardente. Comme chaque année, la compétition cinématographique qui jalonnera les festivités sera arbitrée par différents jurys. Composés de multiples personnalités du Cinéma, ils sont au nombre de deux : Le jury long-métrage et le jury court-métrage. Deux ? Plus maintenant. Depuis cette année, le festival se dote d’un nouveau regard : le Jury de la Critique. Et c’est une femme qui prend les rênes. Il sera présidé par Aurore Engelen, rédactrice en chef pour Cinevox et organisatrice de la cérémonie des Machins (récompense les petits prix du cinéma belge) depuis 2011. A ses côtés, nous retrouverons deux hommes à la présidence. Pour le court, on embarque avec Nicolas Benamou, le réalisateur des deux volets « Babysitting » et de « De l’huile sur le feu ». Il confie : « Quand on m’a proposé de participer au Festival de Comédie de Liège et de présider le Jury court-métrage, j’ai accepté immédiatement, et avec grand plaisir, car c’est l’occasion de vivre un moment de partage, de diversité et de rire autour du cinéma ». « Une volonté de fédérer partagée et mise en avant par l’équipe du FIFCL depuis la première édition ». Ajoute Adrien François, le délégué général du festival. « Ce qui rend l’événement incontournable à mes yeux, c’est l’idée que la comédie reste trop rarement représentée dans les festivals, et qu’après celui de l’Alpe d’Huez, je souhaite soutenir du mieux possible l’édition Belge » explique encore Nicolas Benamou. Pour le jury long-métrage, c’est une proposition surprenante qui s’offre à nous : Stéphane Guillon. Vous le connaissez surement pour ses chroniques acerbes sur France Inter, mais connaissez-vous le comédien ? Actif depuis la fin des année 90, il s’illustre d’abord sur le petit et le grand écran dans divers seconds rôles. L’artiste va ensuite se tourner vers les planches avec plusieurs one-man-shows dont “Liberté (très) surveillée” pour lequel il remporte un Globe de Cristal en 2012. Du côté du cinéma, notons également sa prestation dans le rôle de Paul pour la comédie fantastique de Vincent Lannoo “Les âmes de papier”. Aux côtés de Julie Gayet et Pierre Richard, c’est un Stéphane Guillon tout en sensibilité que l’on découvre. Il ne reste plus qu’à attendre le 6 novembre donc, pour mettre le film en boite ! Lien du site: https://www.fifcl.be
  • SPOT TV FIFCL 2018

    Du long, du court… et de la critique !

    La troisième édition du Festival International du Film de Comédie de Liège (FIFCL) se déroulera du 6 au 10 novembre prochains dans divers endroits de la Cité Ardente. Comme chaque année, la compétition cinématographique qui jalonnera les festivités sera arbitrée par différents jurys. Composés de multiples personnalités du Cinéma, ils sont au nombre de deux : Le jury long-métrage et le jury court-métrage. Deux ? Plus maintenant. Depuis cette année, le festival se dote d’un nouveau regard : le Jury de la Critique. Et c’est une femme qui prend les rênes. Il sera présidé par Aurore Engelen, rédactrice en chef pour Cinevox et organisatrice de la cérémonie des Machins (récompense les petits prix du cinéma belge) depuis 2011. A ses côtés, nous retrouverons deux hommes à la présidence. Pour le court, on embarque avec Nicolas Benamou, le réalisateur des deux volets « Babysitting » et de « De l’huile sur le feu ». Il confie : « Quand on m’a proposé de participer au Festival de Comédie de Liège et de présider le Jury court-métrage, j’ai accepté immédiatement, et avec grand plaisir, car c’est l’occasion de vivre un moment de partage, de diversité et de rire autour du cinéma ». « Une volonté de fédérer partagée et mise en avant par l’équipe du FIFCL depuis la première édition ». Ajoute Adrien François, le délégué général du festival. « Ce qui rend l’événement incontournable à mes yeux, c’est l’idée que la comédie reste trop rarement représentée dans les festivals, et qu’après celui de l’Alpe d’Huez, je souhaite soutenir du mieux possible l’édition Belge » explique encore Nicolas Benamou. Pour le jury long-métrage, c’est une proposition surprenante qui s’offre à nous : Stéphane Guillon. Vous le connaissez surement pour ses chroniques acerbes sur France Inter, mais connaissez-vous le comédien ? Actif depuis la fin des année 90, il s’illustre d’abord sur le petit et le grand écran dans divers seconds rôles. L’artiste va ensuite se tourner vers les planches avec plusieurs one-man-shows dont “Liberté (très) surveillée” pour lequel il remporte un Globe de Cristal en 2012. Du côté du cinéma, notons également sa prestation dans le rôle de Paul pour la comédie fantastique de Vincent Lannoo “Les âmes de papier”. Aux côtés de Julie Gayet et Pierre Richard, c’est un Stéphane Guillon tout en sensibilité que l’on découvre. Il ne reste plus qu’à attendre le 6 novembre donc, pour mettre le film en boite ! https://www.fifcl.be/  
  • Pour l’amour de l’art : une autre histoire des Pompidou, Plon, 2017.

    Au début des années trente, au Quartier latin, une rencontre inattendue réunit Georges Pompidou et Claude Cahour. Ils se marient quelques années plus tard et forment un couple uni partageant le goût de la littérature, de la musique, du cinéma. Très vite, ils fréquentent les galeries d’art et les artistes contemporains. Dès 1948, les Pompidou – comme on les appelle avec affection – font l’acquisition de leur première toile abstraite signée d’un peintre alors peu connu : Youla Chapoval. Par la suite, au fil des rencontres, leur collection se construit en relation étroite avec les créateurs. En 1958, Claude offre à son mari un Nicolas de Staël. En 1962, l’accrochage d’un Soulages dans le bureau du Premier ministre surprend. Quand, en 1969, à l’Élysée, le Président et son épouse font appel à Pierre Paulin et à Yaacov Agam pour la rénovation et la décoration de leurs appartements privés, force est de constater que l’art représente pour eux une raison de vivre. Que la création du Centre Pompidou viendra couronner. C’est cette fusion artistique, ce sens inné des œuvres capables d’entrer dans l’Histoire, leurs rapports avec les artistes qu’Alain Pompidou et César Armand dévoilent dans cet ouvrage biographique et intime, riche de souvenirs, de témoignages et d’illustrations. À travers le récit de leur fils, les souvenirs de l’épouse de Jean Coural, directeur du Mobilier national, de Maïa Paulin, Pierre Soulages, Jack Lang et bien d’autres, ce livre révèle le parcours initiatique autant qu’affectif d’un couple pas comme les autres, mu par une insatiable curiosité. Alain Pompidou, fils de Claude et Georges Pompidou, passionné et collectionneur d’art, est professeur émérite de biologie médicale – il réalise ses propres brevets dans le champ du diagnostic. Après la publication de la correspondance de son père et d’un livre sur sa mère, il consacre son temps aux archives familiales. César Armand est un jeune journaliste économique et politique, également amateur d’art. Préface de Serge Lasvignes, président du Centre Georges-Pompidou.
Fermer
Fermer